Rechercher
  • Charles Cretaz

Meilleures astuces pour appliquer vos bonnes résolutions




Tenir ses résolutions, atteindre des objectifs, sont des sujets que nous nous posons tous à un moment donné de notre vie. Qu’il s’agisse de notre vie professionnelle ou personnelle, et quel que soit l’étape de notre parcours de vie, jeune ou plus âgé, nous avons envie d’améliorer quelque chose et surtout de réaliser un rêve ou tout simplement, concrétiser une idée ou un souhait.


Définition du problème


Pour ce faire, les différentes techniques qui peuvent être déployées sont spécifiques à chaque individu. Il ne s’agit pas d’une recette de cuisine où les ingrédients et la préparation suffisent à obtenir un résultat prévisible. La part d’incertitude de chacun de nos projets est plus ou moins grande, mais la préparation est l’un des facteurs prédominants pour assurer un maximum de chance de réussite.

Une des premières étapes est de bien différencier la cause, de la solution. L’empressement et l’excitation qui naissent d’une idée peuvent parfois conduire à bruler certaines étapes. Donc une description du problème avec une définition précise et concrète doit être rédigée. Dans ce premier exercice, il est primordial de ne surtout pas énoncer la moindre solution potentielle… Cette première définition doit se concentrer sur la ou les problématiques exclusivement. Cette approche permet de s’assurer de la couverture la plus complète possible, sans tirer la moindre conclusion sur la méthodologie qui pourrait être déployée pour adresser le problème.

Prenons un exemple qui doit être dans le top 10 des résolutions de début d’année ; arrêter de fumer. Cette résolution n’est pas la cause ou le problème, c’est la solution. Le fait qui nous conduit à vouloir arrêter de fumer trouve ses racines dans une multitude de sujets. Cela peut être une raison économique, un effet négatif sur sa santé, les endroits réservés aux fumeurs de plus en plus rares, se faire juger par notre entourage, l’odeur de la cigarette qui colle à nos vêtements, bref cette liste peut être très longue.

Un second exemple pourrait être d’apprendre une nouvelle langue. Poser en ces termes, là encore, il ne s’agit pas de la vraie cause, mais de la solution. Pourquoi vouloir s’exprimer dans une autre langue ? Les raisons peuvent être une envie de voyager sans avoir recours à Google translate, mieux comprendre une culture, faire bonne impression en société…

Un dernier exemple de résolution de début d’année, est la perte de poids. Perdre du poids est la solution, les causes sont du surpoids, une apparence physique que l’on veut changer. Le problème pourrait être énoncé de la façon suivante :


Le problème :

Mon poids est dessus du percentile de la population dans la région où je réside, et ma santé et mon apparence physique en subissent les conséquences.


Avec ces 3 exemples, il est plus facile de séparer la problématique, des causes pour mieux focusser sur les différentes solutions, et appliquer les bonnes stratégies pour traiter nos résolutions le plus efficacement possible.


Le fait d’établir ce type de liste sur les causes uniquement, permet d’élargir le nombre de solutions potentielles, et surtout de poser les bons gestes pour adresser nos résolutions à venir.


Définition des causes


Mais pourquoi différencier clairement le problème des causes ? Plusieurs raisons peuvent en être la ou les sources. Bien souvent la description du problème peut se résumer à une seule phrase, alors que les causes sont le plus fréquemment une liste plus ou moins longue. À partir de ces causes, il est donc beaucoup plus simple d’établir une liste de résolution directement en lien avec les causes. Plus le travail amont sur les causes est fin et complet, plus la liste des résolutions sera facile à établir. La mise en relation des causes avec les résolutions est simple et directe. De plus, ceci permet d’obtenir des résultats tangibles rapidement. Reprenons notre troisième exemple de résolution la plus populaire en début d’année, la perte de poids. Comme déjà évoqué, le problème n’est pas de perdre du poids, il s’agit déjà de la solution… !!! Donc, si on liste rapidement le problème et les causes, on pourrait obtenir une liste comme celle qui suit :


Le problème :

Mon poids est au dessus du percentile de la population dans la région où je réside, et ma santé et mon apparence physique en subissent les conséquences.


Les causes :

Hygiène alimentaire défaillante

- Repas non équilibrés

- Consommation d’alcool

- Restauration rapide

- Consommation de soda sucré

- Manque de connaissance en

besoin alimentaire

Manque d’exercice physique

- Pas accès à des installations

sportives

- Manque de temps


Ceci n’est qu’un exemple, il existe d’excellents sites d’information sur le sujet. Les tableaux ci-dessus veulent simplement démontrer la démarche à adopter pour lister les causes, et préparer le terrain pour décrire les résolutions et les sous-résolutions, qui seront plus simples à tenir.


Définition des résolutions


Une fois l’étape précédente franchie, et en fonction des causes clairement identifiées, il va être possible de lister les différentes résolutions pour maximiser nos chances de réussite.

Cette liste de résolutions va nous permettre de développer les différentes stratégies et les différentes actions. Cette liste de résolution peut, et devrait, ne pas se résumer à une seule ligne. Si on reprend les 3 exemples du début de ce blog, à savoir, l’arrêt de fumer, apprendre une nouvelle langue ou perdre du poids, on peut définir des résolutions graduelles et progressives, tout en gardant à l’esprit la résolution globale et de plus haut niveau. C’est une approche par petits pas contrairement à un bouleversement trop brutal, dont le contrecoup est souvent l’abandon pur et simple des meilleures résolutions. Par exemple, pour l’arrêt de fumer, on pourrait penser à faire part de son projet à ces proches, commencer par limiter sa consommation, retarder la première cigarette de la journée, limiter les situations où l’envie de fumer est plus forte, utiliser des substituts … Il existe d’excellents sites d’aide à l’arrêt du tabagisme, qui peuvent aider à choisir ces sous-résolutions en fonction de chaque personnalité. Pour l’apprentissage d’une nouvelle langue, on pourrait penser à apprendre un certain nombre de nouveaux mots par jours ou par semaines, écouter des émissions ou des films dans la langue choisie, envisager un parrainage avec une personne désireuse d’apprendre votre langue natale.

Enfin, concernant la perte de poids, voici à quoi pourrait ressembler cette liste de résolutions et de sous-résolutions.

Les causes Les résolutions et sous -résolutions


Hygiène alimentaire défaillante ----> Faire attention à tout ce que je mange

- Repas non équilibrés ----> - Préférer les repas, lunchs et

collation maison avec une maitrise

maximum des ingrédients

- Consommation d’alcool ----> - Limiter sa consommation d’alcool par

jour ou par semaine

- Restauration rapide ----> - Limiter le recours à la restauration

rapide avec un maximum établi par

semaine

- Consommation de soda sucré ----> - Préviligier plus d’eau

- Manque de connaissance en

besoin alimentaire ----> - Rechercher mes besoins en calorie

pour mieux choisir ce que je devrais

favoriser

Manque d’exercice physique ----> Faire plus d’exercice

- Pas accès à des installations

sportives ----> - Favoriser la marche, bannir les

escaliers roulants, éviter les ascenseurs,

descendre une station de métro avant

celle qui est la plus proche de ma

destination.

- Manque de temps ----> - Rechercher des activités non

essentielles et les réduire ou les

supprimer, et les remplacer par une

activité physique.


Le fait de choisir plusieurs sous-résolutions permet de mieux appréhender une progression de son estime sur le chemin de sa propre réussite. Chaque résolution complétée, permets d’avancer plus sereinement vers la prochaine, et augmente la confiance en soi. Si j’ai réussi à compléter une résolution, aussi petite soit-elle, prouve que je suis en mesure d’en réaliser une autre, pour enfin accéder à la résolution globale.


Astuces pour tenir bon sur cette longue route


Un plan d’action daté


La rédaction d’un plan d’action dans le temps est surement l’un des éléments le plus pertinent à considérer. Si vous avez suivi les 3 étapes précédentes, votre plan d’action est déjà pratiquement terminé. La liste des sous-résolutions demande simplement à être mise en concordance avec des échéances. Il faut rester lucide et pragmatique, et ne pas préjuger de ces forces et de son temps disponible. Pour compléter ce plan d’action, il est aussi intéressant de l’afficher à la vue de tous pour bénéficier du support de vos proches ! Chaque sous-résolution complétée devrait aussi être clairement identifiée. Premièrement pour votre satisfaction personnelle à chaque fois que vous poserez votre regard sur cette liste, c’est votre récompense, mais aussi pour montrer à vos proches comment vous arrivez à franchir ces étapes les unes après les autres. Un autre bénéfice inhérent à cette liste de succès, peut être l’effet d’entrainement au sein de votre cellule familiale. Les enfants, votre conjoint ou conjointe, vos amis vous rendant visite peuvent apprécier vos progrès, et vous encourager dans votre démarche, mais eux aussi pourraient vouloir vous emboiter le pas et s’inspirer de votre démarche. Dégager des attitudes positives, engendre toujours plus de positivité au sein d’une communauté, un effet boule de neige indéniable qu’il est important de considérer.


La discipline


C’est un mot d’ordre qui va de soi, mais qui n’est pas aussi simple à mettre en œuvre. La rigueur dans la gestion du temps est souvent une contrainte des plus difficile à atteindre dans nos vies modernes. Le travail, les enfants, la cuisine, l’entretien, les déplacements professionnels sont d’autant d’obstacle parfois difficile à contourner. Comme il est possible que votre temps soit limité, et que les journées sont toujours limitées à 24 heures, j’ai une bonne nouvelle pour vous ! Depuis quelques années, la grande majorité de nous avons accès à des téléphones, des tablettes, des chaines TV qui nous offrent une quantité sans limites de distraction. Certains de ces dispositifs permettent de connaitre les temps hebdomadaires passés sur nos applications préférées et par centre d’intérêt… Si vous êtes d’un naturel curieux, je vous conseille fortement de prendre connaissance du temps que vous « perdez » les yeux rivés sur votre téléphone intelligent ou tablette ! Donc, laissez tomber, les vidéos de petits chats de Facebook, les posts d’Instagram, les influenceurs TikTok, cessez d’échanger par messagerie texte, et utiliser le téléphone pour parler à vos interlocuteurs… Je suis certain que vous allez récupérer plusieurs heures (voir dizaines d’heures) par semaine sans aucun problème, et ainsi pouvoir vous consacrer à vos résolutions !


Concernant le thème de l’autodiscipline, vous pouvez aussi vous référer à l’article traitant de l’autodiscipline sur le site web de « Devenez meilleur ».


Mais la discipline n’est pas uniquement reliée à une contrainte de temps. La volonté de réussir doit également vous habiter, pour vous prouver à vous-même et aux autres que vous êtes capable de réussir les projets qui vous tiennent à cœur !

Un dernier point relatif à la discipline, il s’agit de l’honnêteté envers soi-même ! Ce point est primordial si on veut pouvoir se regarder dans la glace chaque matin sans baiser les yeux. L’honnêteté envers les autres et envers soi-même est une valeur fondamentale de la réussite de chacun de nos projets de vie, qu’ils soient personnels ou professionnels. Toutefois, il peut arriver que des impondérables viennent bousculer les plans et les résolutions les mieux affutés, comme une pandémie par exemple !!! C’est pourquoi une des astuces qu’il faut développer, est un plan de secours ou de recouvrement, un plan « B » en somme. Ce point est abordé un peu plus bas dans ce blog.


Visualisation


Une autre astuce est d’utiliser la visualisation. Si vous êtes en train de lire ce texte, il est certain qu’à un moment donné, vous vous êtes projeté dans la situation où toutes vos résolutions ont été complétées et que votre but était atteint. Tous les sportifs utilisent ce mécanisme de la pensée, il consiste à se voir en position de vainqueur. C’est exactement la vision que vous devez adopter le plus souvent possible, pour vous convaincre que votre démarche et votre stratégie vous amènera là où vous voulez vous rendre.

Dans le monde sportif, des « coachs » encadrent les athlètes pour les conseiller sur leur préparation tant mentale que physique. Pour réussir dans l’aboutissement de vos résolutions, vous allez être votre propre « coach ». N’hésitez pas à vous comporter comme tel. La visualisation de nos différentes actions ou comportements vous permettra d’analyser les bons coups comme les moins bons. À vous de jouer de votre meilleur sens critique envers vous-même !

La visualisation apporte des effets bénéfiques directement sur votre perception de l’avancement de vos résolutions. Comme un pilote de ligne dans un simulateur de vol qui s’entraine pour engager les bonnes actions au bon moment, une imagerie mentale de vos futurs succès vous permettra de réduire votre stress potentiel. Les méthodes de visualisation sont multiples et peuvent s’appuyer sur différentes disciplines comme le yoga ou la méditation.


Changer ces habitudes


Bien souvent, le fait de changer ces habitudes est le pendant d’une bonne discipline. Dans toutes nos vies, nous avons nos habitudes ; en se levant, prendre un café, regarder nos courriels, jeter un coup d’œil sur Facebook, naviguer un peu sur TikTok, s’attarder quelques minutes sur Instagram. On va essayer de changer un peu nos habitudes pour les 3 derniers points, mais on conserve le café !!!! On vient de gagner 15 à 30 minutes par jour, facile ! Je sais que j’ai déjà abordé cet aspect, mais vérifiez le temps « gaspiller » en restant accrocher à votre téléphone dit intelligent, c’est abyssal.

L’espèce humaine n’aime pas, par définition, les grands changements ou les bouleversements majeurs. C’est souvent un ingrédient nocif apportant du stress et de l’anxiété, mais il peut aussi apporter l’énergie et du bon stress pour déplacer des montagnes. Chaque individu est unique, et seul vous connaissez votre degré de tolérance au stress. Il faut donc trouver un juste balancement entre un changement d’habitude et le fait de pouvoir le supporter sans provoquer un degré d’angoisse. Là encore, les changements radicaux ne sont pas souhaitables, mais la technique des petits pas peut-être une excellente approche. Chaque individu a son propre rythme, et la rapidité des changements lui est propre. À vous de quantifier votre seuil de tolérance, quitte à l’adapter, pour rester dans votre meilleure zone de confort.


Communiquer


L’être humain a généralement un comportement grégaire avec des règles et des interactions sociales relativement bien définies. La communication est de plus en plus présente dans nos vies, voire envahissante. La technologie est en partie responsable de cette surabondance de communication, mais elle reste indispensable pour notre bonne socialisation.

Le fait de communiquer possède plusieurs avantages pour faire progresser vos résolutions. Un de ces avantages est de vous projeter vous-même dans le futur tout en partageant cette vision avec d’autres. Vous signalez à votre entourage, votre intention, votre but. Ce simple fait accroit votre engagement envers vous-même et indirectement envers les autres. Votre fierté de démontrer vos capacités à surmonter une épreuve ou un défi est exacerbée. Un autre point positif de la communication est la visibilité que vous offrez aux autres, il est évident que vos contacts vont vous suivre, vous demander où vous en êtes rendu. Vous pourrez alors échanger avec eux et leur relater vos succès, vos doutes, vos craintes, une véritable thérapie en fin de compte, pour un coût minimal.

Suivant les traits de votre personnalité, il vous sera plus au moins facile de partager vos résolutions. Si vous avez un caractère plus introverti, il vous faudra plus de force et de courage, mais souvenez-vous que les regrets sont les pires sentiments d’une vie, alors foncez ! Cependant, si vous avez un caractère plus extraverti, cela ne devrait pas vous poser de problèmes majeurs.

Prévoir un plan « B »


Jusqu’à présent nous n’avons évoqué que des points voulant conduire au succès. Mais hélas, il est important de regarder les choses en face, et de façon la plus pragmatique possible. Réussir du premier coup, c’est excellent… mais avant de franchir une grande étape, il faut parfois s’y reprendre à plusieurs reprises. C’est pour cela qu’il est important de prévoir un plan « B ». Les aléas de la vie, les contraintes imprévues, des situations aussi soudaines qu’inattendues peuvent venir chambouler n’importe quels plans ou résolutions. Un des plus anciens traités de stratégie de guerre adresse plusieurs sujets, toujours applicables de nos jours, et notamment pour le domaine des affaires. Il s’agit du traité de l’art de la guerre de Sun Tzu. Différents aspects psychologiques sont abordés dans ce traité, nous nous contenterons d’un citer qu’un seul. Avant de livrer bataille, le chef de guerre, vous en l’occurrence, doit prévoir une échappatoire, s’il considère, à un certain moment, que la bataille ne peut être gagnée. Aucune honte, aucun regret, sans amertume, il faut alors utiliser le plan « B ». Ce plan pourrait être simplement dans votre tête sans autre formalité. Le fait de comprendre que l’échec est simplement une pierre comme une autre pour construire l’édifice de la réussite, est déjà une victoire en soi. Un échec ne doit pas être un prétexte pour abandonner, surtout pas et bien au contraire. La preuve de votre maturité dans l’adversité vous rend plus fort, plus serein et plus tenace. Le fait d’être prêt à accepter de ne pas compléter et de recommencer une résolution fait partie intégrante de la vie.


Rester positif (on oublie la COVID pour un moment, merci !)


Adopter une attitude positive est une aide sans contexte pour adresser vos résolutions. Mais comment entretenir des pensées positives quand tout notre environnement semble ne pas le refléter ? Voici quelques pistes que vous pourriez explorer.

La positivité est semblable à un muscle de notre corps, il faut le faire travailler pour le maintenir en forme et surtout le faire progresser. Un sportif, pour maintenir son niveau de forme physique, doit jour après jour, s’entrainer et refaire les mêmes gestes. Trouver des choses positives chaque jour est beaucoup plus simple qu’il peut y paraitre.

Un autre aspect qui peut rehausser le sens positif de vos pensées est d’utiliser votre sens de l’humour. Un sourire aux lèvres peut changer une journée au complet, pour vous et pour votre entourage. Une anecdote, un fait divers cocasse, sont d’autant d’éléments qui peuvent fournir du piquant à nos vies. Soyez attentif aux différentes situations de votre vie quotidienne, je suis certain que vous pourrez y trouver matière à sourire !

Parfois pour arriver à positiver, il faut savoir se détacher de certains éléments négatifs. Certaines personnes sont par définition atteintes du syndrome du « négatif aigu ». Pour cette catégorie de la population tout est noir, il n’y a pas de teinte de gris, tout est noir foncé… Avez-vous remarqué parfois que pour ces personnes, les malchances semblent s’accumuler de façon inexpliquée. Donc, limiter ces personnes dans vos interactions sociétales semblerait une bonne stratégie à adopter. Du même acabit, il y a les journaux télévisés et les chaines d’information en continu, qu’on peut limiter au maximum, même s’il faut se tenir informé. Mais être en permanence ou de façon trop assidue, suspendue aux lèvres des lecteurs de nouvelles, ne contribue en rien à une succession de pensées positives. Une abstinence médiatique ou tout du moins une diète contrôlée pourrait sans aucun doute, vous aider à relativiser tous les malheurs de notre planète. Pour terminer sur cet aspect, le négatif a une fâcheuse tendance à être contagieux… tout comme le positif, donc choisissez votre camp !


Finalement, l’effet boule de neige de vos pensées positives n’est pas à négliger, que ce soit pour vous, mais aussi pour votre entourage.





Après la lecture de ces quelques lignes, comment vous sentez-vous ? Allez-vous reprendre en totalité ou en partie la démarche et les astuces suggérées ? Pensez-vous que ça vaudrait le coup d’essayer ? Comme déjà évoqué dans ce blog, le regret de ne pas avoir essayé est un sentiment assez lourd à porter. La pire phrase que vous pourriez avoir à l’esprit dans quelques années, est : « Ha si j’avais su » ! Alors, Go Go Go, vous avez plusieurs outils dans votre besace, exploitez-les au maximum, et projetez-vous dans le temps avec votre ou vos résolutions accomplies, vous allez être fier, très fier de votre accomplissement, et déjà prêt pour le prochain !



36 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout